(par Alexandra)

Arnaldur_Indridason___Synir_duftsinsArnaldur INDRIĐASON : encore un nouveau nom dans l’univers du polar du Grand Nord… d’Islande, pour changer un peu !
Il s’agit ici de la première enquête de toute une série dont le commissaire principal s’appelle Erlendur, de la ville de Reykjavik… je l’ai découvert en Allemagne et lu en allemand (sous le titre de «Menschensöhne») pour me rendre compte ensuite qu’elle était jusque là inédite en français… (une fois de plus les traductions se font dans le désordre, ce qui est parfaitement agaçant !)
Un polar qui se tient, même si le commissaire susnommé n’y fait que quelques apparitions. En réalité, l’enquête est menée par un autre personnage, Palmi, petit frère de Daniel, malade mental interné dans un hôpital psychiatrique et qui se suicide … parallèlement, un de ses anciens professeurs est assassiné, ce qui met la police criminelle sur le coup. Le lien entre les deux se fait assez rapidement… pédophilie, expériences pharmacologiques illégales … l’intrigue est plutôtArnaldur_Indridason___Menschens_hne intéressante, mais assez prévisible. La psychologie des protagonistes est creusée, à l’exception de celle du commissaire (rien à voir avec le Wallander de Henning Mankell), mais le rebondissement final relève du déjà-vu… que je ne dévoilerai tout de même pas ici…
Une lecture certes distrayante, mais pas de coup de foudre ni de besoin impérieux de passer sans tarder au deuxième volet…

(traduit de l’islandais en allemand par Coletta Bürling, et paru chez Bastei Lübbe)