*

(par Annabelle)
Am_lie_Nothomb___les_CombustiblesCe livre est encore une fois une magnifique preuve que nous donne Amélie Nothomb quant à son amour pour la dénonciation de la ridiculisation, la monstrification, la torsion puis l'autodestrucution des hommes par eux-mêmes... à croire, vraiment, qu'elle en raffole !!!!
Une fois de plus, donc, un recueil - ici il s'agirait plutôt, en fait, d'une pièce de théâtre - bien irritant et éreintant... [mais bon, on l'aime pour ça, non ?!]

Ecrit sous forme de pièce de théâtre, ce livre ne comporte que trois personnages principaux..... [trois personnages en tout, d'ailleurs, maintenant que j'y pense...] ce qui est d'ailleurs encore un tpique Nothomb, quand on repense à Hygiène de l'assassin, par exemple, où n'existent que Prétextat TACH et les cinq journalistes... ou encore dans Les Catilinaires, avec deux familles comportant chacune deux membres seulement......
Oui, Nothomb aime jouer avec le peu de personnages qu'elle daigne créer. Ici, il s'agit d'un professeur d'université [qui sera d'ailleurs appelé Professeur tout au long de la pièce], de son assistant et ancien élève Daniel, et de la petite amie de ce dernier, Marina [en fin d'études avec le Professeur comme... professeur...].

Le thème premier de ce livre concerne, justement, les livres. L'histoire se déroule en temps de guerre, et les explosions sont nombreuses qui démolissent habitations, famille et espoir de vie future... toute la pièce se déroule dans l'appartement du Professeur dans lequel habite également Daniel, puis Marina. Le principe, donc [désolée, je perds toujours de vu l'objectif...] est que le chauffage ne fonctionne plus et que le groupuscule et alors obligé d'utiliser la chaudière... problème : la guerre faisant rage dehors, impossible de se procurer le moindre combustible.... ils sont alors forcés - pour ne pas mourir de froid dans un hiver mortel - de brûler les meubles... les objets inutiles... puis les livres.
Vous devinez donc aisément la question : quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ? eh oui ! un cliché ! je vous l'accorde sans peine....
Mis à part les disputes du genre "non ! pas celui-là ! celui-ci, je déteste cet auteur" et les énumérations assommantes et soporifiques de différents noms d'auteurs les uns les plus burlesques que les autres et que nous ne connaissons ni d'Êve ni d'Adam [c'est le cas de le dire...], il n'y a rien, ce livre n'est rien d'autre que ça. Si seulement les noms étaient réels, cela aurait un intérêt quelconque, mais là, l'utilisation de ce thème est complètement inutile.

Le véritable intérêt de ce livre réside donc plutôt dans l'art de la démolition de l'être humain par Nothomb - qui revient dans toutes ses oeuvres non-autobiographiques]. Ici, non loin de s'entretuer, les personnages en arrivent tout de même à retrouver leurs instincts bestiaux et les méthodes les plus viles pour se préserver de la froideur ambiante et, au final, à se donner la mort d'une façon peu commode... y en a-t-il une commode, me direz-vous.... et bien, plus que celle-ci, vous répondrai-je.

Au final, moi qui suis pourtant une grande fan du genre Nothomb, je puis vous assurer que ce n'est - et de loin - pas son meilleur livre. Je n'irais pas vous dire de ne pas le lire, car ils sont assez courts pour se le permettre sans le regretter ensuite à grand coups de "J'ai gâché mon temps pour rien !" seulement, ne vous attendez pas aux merveilleuses atrocités de Prétextat TACH [Hygiène de l'Assassin] ou de l'humour cynique grinçant et grimaçant de Amélie NOTHOMB [Stupeur et Tremblement] que nous adorons tous. Cela n'est pas aussi bon.

(édité en Livre de Poche)