*****

 

(par Alexandra)

 

appanah___le_denier_fr_reUn roman qui  m’a prise aux tripes ! Poignant, vraiment ! On dirait une histoire réellement vécue, mais c’est impossible, l’auteur étant bien trop jeune, et une femme par-dessus le marché…

Je m’explique : Le narrateur, Raj, est un vieil homme qui se souvient de son enfance, de sa famille, appartenant à la «communauté des malheureux parmi les malheureux» de l’île Maurice, vivant dans le dénuement total, dans des baraquements aux abords des exploitations de canne à sucre, souffrant du soleil impitoyable en été et des pluies diluviennes en hiver, et plus encore, des violences de son père souvent ivre. Il se souvient de ses deux frères qu’il a perdus dans la montagne un jour de violent orage, dans un glissement de terrain. C’est ce drame qui décide ses parents à quitter ce lieu de malheur pour s’installer dans la ville de Beau Bassin où le père devient gardien de prison. Là, Raj fait la connaissance de David, orphelin juif d’un an plus âgé que lui et qui fait partie d’un groupe de réfugiés tchèques (nous sommes en 1944), refoulés de Palestine.

David devient l’ami de Raj, il prend la place des frères perdus, si bien que, lorsque le groupe de juifs est emmené ailleurs, Raj retient David, non pas parce que celui-ci était malheureux, «non, j’ai voulu le sortir parce que, moi, j’étais malheureux.» Et comme David est alors recherché par la police, Raj s’enfuit avec lui à travers la forêt, ignorant que son ami est malade…

Descriptions exubérantes comme la forêt tropicale, rythme des phrases qui s’accélère avec les battements de cœur, absence totale de ponctuation sur plusieurs pages de suite quand Raj est emporté par la joie et l espoir de retrouver un frère vivant… le style est tantôt haletant, tantôt suffocant, au point que par endroits, je me suis sentie mal à l'aise, trop impliquée dans le récit, trop concernée par le sentiment de regret, de culpabilité, de gâchis…

Une lecture qui m’a marquée !

(paru aux éditions Points Seuil)