sepulveda___le_vieux

***

 

(par Alexandra)

 

Un joli petit livre qui nous emmène dans la forêt amazonienne, du côté de l’Equateur, là, où «toute frontière est une vue de l’esprit». Le vieux du titre, c’est Antonio José Bolivar qui, après les péripéties de la vie, s’est installé au village perdu d’El Idilio, fermement décidé de trouver la paix intérieure en se consacrant désormais à la lecture de romans d’amour qui lui font oublier la barbarie des hommes. Mais lorsqu’un jaguar meurtrier rôde dans les environs et qu’on fait appel à lui, l’expert de la jungle et de ses habitants, il accepte une dernière fois de se mettre en chasse…

C’est une fable «naïve» dans le bon sens du terme : près de la nature, des animaux, empreint d’expérience de la vie et de la sagesse des indiens Shuars... un réquisitoire aussi, contre tous ceux qui ne respectent pas la forêt, qui exploitent sans états d’âme ses richesses, qui la détruisent : les chercheurs d’or, les colons, les chasseurs, les touristes armés de leur appareil photo…

Une lecture rapide, plaisante, sans effort et qui nous laisse songeurs…

 

(traduit de l’espagnol (Chili) par François Maspéro et paru en format poche chez Points)