*

 

(par Annabelle)

Taniguchi___le_sauveteurShiga-san, personnage principal de l'histoire, est un gardien de refuge dans les Alpes japonaises (oui, oui, ça existe!). Treize ans avant le début de l'histoire, son meilleur ami, SAKAMOTO Tatsuhiko, est mort de froid dans une tempête lors de sa dernière escalade du Dhaulagiri, dans l'Himalaya népalais. Lors de sa montée, il tenait un journal, et les dernier mots étaient adressés à Shiga-san : "Shiga... te confie... Yoriko... Megumi..." et voilà que Shiga-san se retrouve avec la mort de son ami sur la conscience [il est persuadé qu'il serait vivant s'il l'avait accompagné] et la charge [plus ou moins] de la femme et de la fille de celui-ci. Jusqu'alors, Shiga-san n'a pas eu à s'acquitter de cette tâche, jusqu'à ce que Yoriko lui téléphone en lui annonçant qu'elle s'inquiète pour sa fille, Megumi, qui a disparu, et que l'aide de Shiga-san se retrouve sollicitée pour la retrouver, en plein Tokyo.

Evidemment, il s'agît ici d'une oeuvre de Taniguchi qui parle d'alpinisme.... pour changer... elle se déroule néanmoins en grande partie dans Tokyo et plus particulièrement à Shibuya, quartier extrêmement fréquenté de la ville. Le côté "enquête perso pour trouver la fille parce que les flics sont inutiles" est assez typique, c'est vrai, comme scénario. Malgré tout, il reste intéressant par certains aspects de l'histoire qui permettent d'en apprendre un peu sur la jeunesse actuelle du Japon : en effet, on apprend qu'un nombre impressionnant de lycéennes japonaises se livrent à des "relations de soutien", c'est à dire qu'elles cèdent aux avances rémunératrices et parfois anodines d'une population masculine plus âgée qui s'adonne ainsi à ses lubies et fantasmes...
Ensuite, le scénario tient assez bien la route. Malheureusement, la fin laisse libre cours à la vénération de Taniguchi vis à vis de la montagne et des alpinistes : Shiga-san va escalader quasi-sans aide un gratte-ciel hyper lisse pour aller sauver la pauvre Mégumi qui se trouve être séquestrée à son sommet.... si c'est pas beau ! Ca vaudrait presque la princesse Rapunzel [Raiponce pour les français] qui laisse tomber sa tresse pour faire monter le prince charmant qui vient la sauver....
Bref ! Vous l'aurez compris, la fin ne m'as pas tellement plu... disons que je m'attendais à autre chose...
Ah ! Oui ! J'ai également trouvé le personnage de Shiga-san très fade... en effet, c'est vraiment le rôle du prince charmant qui veut sauver sa belle à tout prix... enfin, y'a mieux, c'est vrai, quoi !!

Bon, pour finir, je dirais que je ne vois pas de message particulier transmis à travers ce manga, et je pense qu'on peut trouver franchement mieux dans l'oeuvre de Taniguchi que ce qui nous est présenté ici. Voilà !

(paru chez Casterman)