Aderhold___poissons

**

(par Alexandra)

 

C’est l’histoire d’un train qui déraille. Ou plutôt l’histoire d’un train dans lequel ça déraille. Mais rassurez-vous : point de violence ici, point de noirceur, non, tout se passe dans la joie et la bonne humeur, car comme le dit le titre en référence à un texte médiéval : «Les poissons ne connaissent pas l’adultère »! Et comme les hommes ne sont pas des poissons, ils connaissent l’adultère !

En fait, c’est un vaudeville qui se joue dans ce Paris-Toulouse. Le personnage principal : Julia (non pas Roberts, même si c’est son grand modèle). Ayant quitté sa triste vie, son mari et sa fille le jour où ses copines lui ont offert une séance de «relooking» pour ses quarante ans, elle reprend goût à l’existence, aux plaisirs simples, à la séduction… Autour d’elle grouillent des personnages comme on les rencontre dans la «vraie vie». Au fil des gares, nous faisons leur connaissance, apprenons leur histoire, leurs frustrations, leurs aspirations… Ainsi Germinal, le contrôleur intransigeant qui retrouvera son idéal anarchiste et décidera de ne plus rien contrôler du tout ; d’endosser le rôle du bienfaiteur, animateur, entremetteur, bref, de faire ce qui est en son pouvoir pour rendre les gens heureux. Il y a Colette aussi, la vielle dame aux deux amoureux ; un faux sourd-muet roumain qui se révèle un vrai chanteur grec ; Vincent, timide spécialiste du bestiaire médiéval qui osera, pour la première fois de sa vie, s’affranchir de l’avis des autres et prendre une décision tout seul… et beaucoup d’autres… le tout sur fond de variété française tonitruante dirigée par un chef de chorale qui n’est pas non plus celui que l’on croyait…

C’est une lecture sans grandes ambitions, mais joyeuse et divertissante. Un livre à mettre dans la main de tous ceux qui prennent le train dans la tristesse et l’anonymat… et dans la main des contrôleurs intraitables qui se croient parfois investis d’une mission conférée par leur uniforme!

(paru chez Jean-Claude Lattès)