Gallay___les_deferlantes

****

(par Alexandra)
Cela fait un moment que j’attendais que ce roman sorte en format poche (non pas que je sois radine, mais vu le volume, l’investissement était important !)… mon deuxième roman de Claudie Gallay, après  «L’or du temps» qui m’a laissé des images fortes
Et bien, je ne suis pas déçue ! Une nouvelle fois, je me suis laissée captiver par un ton, envouter par une ambiance… car c’est avant tout cela que je retiendrai : une ambiance de solitude, de deuil, d’attente… des paysages également, le petit port de La Hague en hiver, la lande, les falaises, les cris des oiseaux, la solitude là encore… la mer au centre de tout : elle fascine, elle menace, elle prend des vies, elle rend des morts
De très beaux portraits de personnages aussi : la narratrice, bien sûr, puis Lili, la propriétaire du seul bar ; Raphaël le sculpteur et Morgane, sa sœur fantasque ;  le vieux Théo, fidèle jusqu’au bout à Nan qu’il n’a malheureusement pas pu épouser ; Lambert, quinqua à la dérive qui cherche depuis toujours à faire la lumière sur le naufrage qui l’a privé de ses parents et de son petit frère ; Max le simplet qui apprend des mots dans le dictionnaire pour plaire à Morgane dont il est amoureux fou…  ils sont tous non pas des héros, mais des gens ordinaires. Ordinaires, mais touchants. Ils existent, traînent un passé lourd pour certains, des blessures, des secrets inavouables
Pour ce qui est de l’intrigue, rien de spectaculaire non plus. La narratrice sert de lien entre les autres personnages. Elle cherche à survivre, à se recomposer, à refaire surface après une plongée dans une grave dépression suite au décès de son compagnon. Elle a abandonné son travail, sa ville, ses amis pour venir compter les oiseaux. Elle se fond dans le paysage, devient complice des habitants. Elle sait les écouter, devient leur confidente, met à nu leurs secrets. Elle réapprend à s’ouvrir aux autres, à faire confiance à la vie. Suffisamment pour accepter l’idée d’un nouvel amour possible
Vraiment, j’ai beaucoup aimé !


(paru en format poche aux éditions J’ai lu)