Mankell___Kinesen

***

(par Alexandra)

Encore un roman policier de Henning Mankell dans la lignée du “Cerveau de Kennedy”, c’est à dire sans lien avec la série des “Wallander”; roman qui n’a pas encore paru en France d’ailleurs, mais cela ne saurait certainement pas tarder.
Dans un petit village du nord de la Suède, tous les habitants (ou presque) sont sauvagement assassinés. Contrairement à la police qui soupçonne un déséquilibré mental, la juge Brigitta Roslin poursuit une piste très différente, car elle a découvert que toutes les victimes ont un lien avec sa famille. Son enquête la mènera jusqu’en Chine, dans la sphère des nouveaux riches
Que tous ceux qui s’attendent à un thriller haletant s’abstiennent. L’intrigue devient assez rapidement transparente. L’intérêt du roman réside beaucoup plus dans la description de cette Chine nouvelle à laquelle nous avons affaire aujourd’hui, ses problèmes, ses contradictions, son grand écart entre son idéologie politique et sa politique économique, ses magouilles africaines. Mankell est bien informé, c’est sûr, mais il se sert de ce roman soit disant policier pour nous faire part de ses convictions politiques. Il crée nombre de personnages secondaires dont l’intérêt n’est pas fondamental pour l’enquête, mais qui baladent le lecteur de la Suède jusqu’en Chine en passant par le Nevada, le Zimbabwe, le Mozambique et Londres. Certes, on voit du pays, ce n’est pas désagréable, mais l’intrigue criminelle se trouve noyée sous toutes ces leçons de géopolitique. Elle n’est guère convaincante voire crédible. Les accrocs du thriller resteront sur leur faim !


(paru en Suède chez Leopard Förlag ; la traduction anglaise (« The man from Beijing ») est disponible chez Harvill Secker et la traduction allemande (« Der Chinese ») chez dtv)