Winter - Annabel

(par Alexandra)

Un roman qui nous emmène dans le Grand Nord, au Labrador, dans un petit village d’environ trois cents habitants, où les gens vivent au rythme de la nature. En 1968 y naît un enfant hermaphrodite. Les parents, Jacinta et Treadway, veulent garder secret ce « défaut ». Seule Thomasina, une voisine qui vient de perdre son mari et sa fille Annabel, est au courant car elle était présente au moment de l’accouchement.

Contre l’avis de Thomasina qui veut préserver la particularité de ce(te) enfant (et qui l’appelle Annabel), les parents décident de le faire opérer. Ce sera un garçon, et il s’appellera Wayne.

Le roman nous narre la vie de Wayne dans cette communauté du Labrador. Nous le voyons grandir, sous l’œil vigilant de ses parents qui craignent à tout moment que leur secret ne soit découvert. Jusqu’à l’âge de douze ans, Wayne n’est pas au courant de sa véritable nature. Ce n’est qu’avec les règles que les vrais problèmes arrivent…

Nous suivons pas à pas le parcours de Wayne, qui connaît bien sûr des hauts et des bas. J’avoue que son personnage ne m’a pas autant touchée que j’aurais aimé, le récit restant très neutre. On reste à l’extérieur, même si l’auteure nous fait part de ce qui se passe dans la tête de Wayne. Certes, il a des problèmes, des angoisses, des rêves, mais il semble rester très froid, très équilibré, et le lecteur aussi du coup ! Il n’y a pas l’intensité, le trouble que l’on trouve dans le roman de Denis Lachaud (« Le vrai est dans le coffre ») que j’ai lu récemment et qui parle également du problème de l’identité sexuelle.

Par contre, il y a un lyrisme certain dans la description des gens du Labrador et de leur vie au gré des saisons, leurs gestes quotidiens, leurs préoccupations alimentaires. Ils vivent  loin de tout. Pendant que les maris partent à la chasse pendant des semaines, les femmes se distraient en rêvant sur des catalogues ou en buvant un verre « entre filles » en médisant sur leurs maris…

Ces gens supportent les coups du destin avec beaucoup de simplicité. Jamais Jacinta et Treadway ne rejettent leur enfant. Malgré les difficultés, ils aiment aussi son autre facette, la fille qu’il porte en lui et qu’ils auraient bien aimé avoir….

Un livre à lire.

(traduit de l’anglais (Canada) par Claudine Vivier et paru aux édition Christian Bourgois)