27 février 2014

Sandor MARAI : L'héritage d'Esther

  (par Alexandra) Il y a des gens invraisemblables. Lajos en est. Le parfait exemple du vaurien qui profite des autres tout en arrivant à leur faire croire qu’il est un être d’exception ! Qui dépouille son entourage tout en le rendant heureux ! Nous faisons sa connaissance à travers le récit d’Esther, une femme plus toute jeune qui ressent le besoin de raconter son histoire à l’approche de la mort. Il y a vingt ans, Esther et Lajos s’aimaient. Or, pour se marier, Lajos lui a préféré sa sœur. Bien sûr, la blessure... [Lire la suite]
Posté par AliAnna à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2013

Ivo ANDRIC : L'éléphant du vizir

  (par Alexandra) La première nouvelle (très longue) de ce recueil du même titre, commence par ces mots : « En Bosnie, villes et bourgades sont pleines d’histoires. Et dans ces histoires pour la plupart imaginaires, sous le manteau d’événements incroyables et sous le masque d’appellations souvent fictives, se cache l’histoire réelle et non avouée de cette contrée, des hommes vivants et des générations éteintes. Ce sont de ces mensonges à l’orientale dont le proverbe turc affirme qu’ils sont ‘plus vrais que la... [Lire la suite]
Posté par AliAnna à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2013

Magda SZABÓ : Le Faon

  (par Alexandra) Mon deuxième roman de Magda Szabó, auteure hongroise qui gagne décidément à être connue ! J’ai beaucoup aimé «La Porte» qui m’avait vraiment prise à la gorge, et «Le faon» ne m’a pas décue non plus, loin de là ! Plus difficile à lire, certes, mais ô combien suffocant dès qu’on a réussi à pénétrer l’esprit de la narratrice, à s’imprégner des ses souvenirs, ses blessures, ses espoirs et ses regrets… Il s’agit en fait d’un long monologue dans lequel Eszter (c’est le prénom de la narratrice)... [Lire la suite]
Posté par AliAnna à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2012

Bohumil HRABAL : Une trop bruyante solitude

  (par Alexandra) Envoûtant! C’est le premier qualificatif  qui me vient à l’esprit à propos de cette „Trop bruyante solitude“. Oui, envoûtant. A condition d’être capable de larguer les amarres et de se laisser entraîner dans ce monologue-fleuve, de plonger dans ce feu d’artifice de réflexions spirituelles, d’associations d’idées, bavardages, de délires et d’anecdotes (croustillantes… nous sommes quand même chez Hrabal!), d’images, de sons et d’odeurs…et on finit par s’envoler sur le dos d’un cerf-volant vers un autre... [Lire la suite]
Posté par AliAnna à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2012

Bohumil HRABAL : Trains étroitement surveillés

  (par Alexandra) Ce petit livre de 125 pages est un bel exemple de littérature picaresque : le narrateur, Milos, candide d’une vingtaine d’années, nous livre sa vision très personnelle de la 2è Guerre mondiale.Rejeton d’une famille d’oisifs farfelus pointée du doigt par les habitants de sa petite ville de Bohême, il est stagiaire des chemins de fer dans une gare où il regarde passer les trains… trains de voyageurs, de marchandises, de bestiaux, de transport de troupes aussi, troupes allemandes en route pour la Pologne,... [Lire la suite]
Posté par AliAnna à 15:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 septembre 2011

Magda Szabó : La porte

(par Alexandra) ***** D’entrée de jeu, j’ai été happée par une sensation d’urgence, une urgence de dire les choses, de passer à un aveu inavouable ; une urgence qui nous emporte dans le récit et ne nous lâche plus.C’est l’histoire d’une trahison, écrite avec un terrible sentiment de culpabilité et sous le joug d’un cauchemar récurrent, toujours le même : une porte qui refuse de s’ouvrir…Et pourtant. Magda, la narratrice nous met sur la piste tout de suite : «Une unique fois dans ma vie […] une porte s’est ouverte... [Lire la suite]
Posté par AliAnna à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2008

Milan KUNDERA : L'immortalité

(par Alexandra)Dans la 5ème partie, un personnage du roman demande au narrateur : «Qu’es-tu en train d’écrire, au juste ?». Et la réponse qu’il obtient : «Ce n’est pas racontable.»Cet échange caractérise assez bien «L’immortalité», roman qui effectivement n’est pas racontable. D’ailleurs, il ne correspond pas à ce qu’on entend d’habitude par ‘roman’… Kundera dit lui-même (toujours dans cette 5ème partie) qu’il regrette que presque tous les romans obéissent à la règle de l’unité d’action qui mène droit au dénouement final… Pour lui, un... [Lire la suite]
Posté par AliAnna à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]