Timm - La découverte de la saucisse au curry

(par Alianna)

Voilà un titre qui doit paraître bien caricatural au lecteur français ! Un livre allemand qui parle de saucisse ! Voyons !

En vérité, les avertis savent que la CURRYWURST (la saucisse au curry, vous l’avez deviné) n’est pas qu’un énième plat germanique à base de saucisse, mais l’en-cas le plus populaire outre-Rhin, celui que l’on peut manger (accompagné de frites) pour pas cher à tous les coins de rue…

Une précision quand même : le curry ne se trouve pas dans la saucisse mais dans la sauce qui l’accompagne ! Bref, si l’histoire de la Currywurst vous passionne, rendez-vous à Berlin, au CURRYWURSTMUSEUM, ou sur leur site Internet si vous ne pouvez pas vous y rendre…

Venons-en au roman.

La saucisse au curry ne sert en fait que de prétexte ici pour raconter les souvenirs d’après-guerre d’une vieille dame de Hambourg, vieille dame à qui on attribue volontiers cette découverte.

Elle s’appelle Lena Brücker, elle a une quarantaine d’années en 1945, et quelques jours avant la capitulation, elle recueille et cache chez elle un jeune déserteur allemand.

Ce jeune homme devient son amant. Elle prend soin de lui, se sent revivre, et, pour le garder encore un peu, lui fait croire au-delà de la capitulation que la guerre continue. Bien sûr, il s’apercevra de la supercherie et disparaîtra sans laisser d’adresse…

L’histoire est assez banale.

L’intérêt du roman se trouve ailleurs : dans la description du quotidien de cette Allemagne vaincue et ravagée. Quotidien fait de marché noir, de contrebande, de troc de système D. L’Holocauste est évoqué lorsque les camps sont ouverts et que les journaux allemands regorgent de photos. Lena Brücker partage l’indignation de beaucoup d’Allemands qui, comme elle dit, s’étaient bien rendu conte que des Juifs étaient envoyés travailler dans des camps, certes, mais de là imaginer qu’on les exterminait…  Mais les préoccupations beaucoup plus terre à terre reprennent vite le dessus car il faut continuer de vivre….

Ainsi, nous apprenons comment remplacer des bas de soie par de la peinture et un trait de khôl ; comment préparer un consommé aux écrevisses sans écrevisses, confectionner du café avec des glands de chêne, donner de la consistance au pain en mélangeant de la sciure à la farine… pauvreté, ruines à déblayer, problèmes d’approvisionnement, mais aussi les efforts de la population (des femmes surtout car il n’y avait pas beaucoup d’hommes valides) pour remettre le pays sur pied: l’histoire de Lena nous fait sentir de près cette période !

Et quel est le rapport avec la saucisse alors ? me direz-vous.

Et bien, c’est le jeune amant de Lena qui lui parle de cette épice. Et lorsqu’elle a l’occasion de s’en procurer, elle n’hésite pas. Le mélange avec la sauce tomate est tout à fait fortuit… mais convaincant. Et voilà comment la Currywurst est née !

(traduit de l’allemand par Bernhard Kreiss et paru aux éditions du Seuil)