Frain - naufragés

*

(par Alexandra)

Comme Irène Frain m’avait entraînée il y a quelques années dans un voyage tout à fait dépaysant au Tibet, sur les traces de Joseph Francis ROCK,  j’ai décidé de la suivre cet été sur une île perdu de l’océan indien !

S’inspirant des résultats des fouilles d’une mission archéologique intitulée «Esclaves oubliés» et dirigée par Max Guérout, Irène Frain nous relate le naufrage d’un navire de la Compagnie française des Indes orientales, «L’Utile», sur un îlot de corail en 1761. A côté des 142 hommes d’équipage, ce navire transportait tout à fait illégalement 16O Malgaches destinés à être vendus comme esclaves à l’île Maurice. Etant obligés de cohabiter et de s’entraider, les survivants français et malgaches réussirent à construire une embarcation. Or, ne s’en iront que les «blancs», les «noirs» étant obligés de se contenter de la promesse qu’on viendrait les chercher plus tard. Malgré les efforts du commandant en second de «L’Utile», pour tenir sa promesse, ce n’est que 15 ans plus tard que les sept femmes malgaches ayant survécu envers et contre tout seront récupérées.

Le livre d’Irène Frain est extraordinairement bien documenté. Elle s’est même rendue sur place pour s’imprégner de la nature hostile de l’île. Elle a d’ailleurs consacré un site à cette aventure, avec des photos et des vidéos qui permettent de mieux s’en rendre compte (http://www.lesnaufragesdeliletromelin.fr/). Avec justesse, elle nous fait vivre le naufrage, donne vie aux personnes et nous décrit ces lieux plus qu’inhospitaliers.

Et pourtant, un bémol : je ne jamais vraiment «accroché» ! Je crois que c’est justement en raison du trop grand nombre de détails historiques, géographiques, nautiques etc, et surtout du ton qu’adopte le narrateur (omniscient, comme on dirait) qui instaure une trop grande distance entre les personnages et le lecteur. Dommage, mon voyage n’a pas été celui que j’avais espéré.

 (paru en format poche aux éditions «J’ai lu»)