perrotta___abstinence

*

(par Alexandra)

Sous ses aspects de «vie quotidienne aux US», ce roman est une attaque en règle contre ces sectes évangéliques créationnistes qui cherchent actuellement à imposer leur loi aux Etats-Unis, refusant la légalisation de l’avortement, condamnant la sexualité en dehors du mariage, le féminisme, le divorce, l’homosexualité…
La personne par qui le scandale arrive est Ruth, professeur de SVT et donc aussi d’éducation sexuelle. En classe, elle n’hésite pas à appeler les choses du sexe par leur nom (d’ailleurs, elle-même résume le programme d’éducation sexuelle en trois mots : «capote, capote, capote» !)… et c’est ainsi qu’elle se prendra les pieds dans les manipulations de «l’Eglise du Tabernacle», devenant la victime désignée d’une campagne savamment orchestrée…
Sincèrement, ce roman ne m’a pas foudroyée, si j’ose dire ! C’est souvent ennuyeux, sans réel intérêt quand les personnages discutent de détails de leur vie (du style ‘Qu’est-ce qu’on mange ce soir ?’…) ou quand sont abordés des personnages secondaires dont on ne voit pas vraiment l’apport dans l’histoire… Je conseille tout de même cette lecture, car elle nous montre un bout d’une réalité américaine dont nous autres Européens n’avons pas toujours pleinement conscience ! Evidemment, le tout est traité sur un ton satirique, donc exagéré, hilarant parfois... je pense par exemple à la description de la secte avec son groupe Rock «Rockelluia», son «SOS-Prière», son «Comité Pain et Poisson», ses «bouffées d’air qui sanctifient»…). Mais cela n’enlève rien au sérieux de la question : quelle place pouvons-nous ou voulons-nous accorder aux sectes (voire à la religion en général) dans notre société ?

(traduit de l’américain par Madeleine Nasalik et paru en format poche chez Points)