Mitgutsch - wenn du wiederkommst(par Alexandra)

Anna Mitgutsch est une auteure autrichienne qui a plusieurs romans a son actif. Un seul a été traduit en français pour l’instant : «La trique», paru chez Gallimard en 1987.

Ceux qui voudront lire celui-ci devront encore attendre, ou alors le lire en allemand… «Quand tu reviendras», c’est la traduction du titre, et j’avoue qu’il m’a d’abord inspiré une méfiance certaine, me rappelant trop les titres auxquels nous ont habitués Marc Lévi ou autres Guillaume Musso, auteurs dont je ne suis pas particulièrement friande. Or, je suis plutôt agréablement surprise.

L’histoire est, comme le dit la narratrice, «l’anatomie d’un deuil», pas très drôle donc, et à déconseiller peut-être à tous ceux qui viennent de perdre un être cher (ou à l’inverse, à conseiller en guise de psychanalyse aux effets cathartiques…). La personne que la narratrice a perdue, c’est Jérôme, son ex-mari et père de sa fille Ilana. Elle vit ce décès d’autant plus mal qu’après une vingtaine d’années de mariage, puis une quinzaine d’années de séparation, ils se sont retrouvés à un âge déjà assez avancé et, constatant la pérennité de leur amour, ont décidé de reprendre leur vie commune. C’est à ce moment précis que Jérôme meurt, abandonnant la narratrice à ses souvenirs, à d’infinis regrets et au sentiment cuisant de n’avoir plus rien à attendre de sa vie…

C’est un livre grave, un long monologue sinon dialogue avec un mort, profond et qui ne craint pas la douleur, mais sans jamais verser dans le mélo. La langue est un peu surannée, mais cela convient tellement bien au propos. La description du deuil suit les étapes du deuil juif : shiv'ah, sheloshim, shannah : la semaine après l’enterrement, les trente jours après l’enterrement, l’année après l’enterrement… Une fois les visiteurs repartis, la narratrice se retrouve seule, taraudée par les doutes ; doutes sur les choix d’une vie, les alternatives, les possibilités et occasions manquées ; doutes sur la perception de son amour et la place qu'elle-même tenait véritablement dans la vie de Jérôme qui, certes, représentait son alter ego mais qui, pendant les quinze ans de séparation lui a forcément échappé, menant une vie dont elle ne sait que très peu de choses. Où est le vrai Jérôme ? Qu’ont en commun le Jérôme qu’elle a connu à vingt ans et celui de ses cinquante ? Elle creuse. Elle cherche la vérité, la véritable identité de cet homme dont elle croyait tout savoir. Bousculé par le frère de Jérôme, elle finit par se remettre en question elle-même sans rien laisser passer, et l’histoire du deuil devient l’inventaire sans concession de leur relation.

Intense !

(paru en Allemagne aux éditions Luchterhand, et en format poche chez btb)