van Cauwelaert - L'évangile de Jimmy

(par Alexandra)

Quel beau scénario de film que cet « Evangile de Jimmy » ! Une histoire de manipulation politico-religieuse comme je les aime bien…

Bien que les personnages soient fictifs, l’intrigue est basée sur des faits réels, comme l’auteur le précise à la fin du livre :

« En 1998, le Dr Leoncio Garza Valdés, un microbiologiste de l’université du Texas, écrivit au pape Jean-Paul II : « J’ai été le premier à avoir eu l’honneur d’effectuer le clonage moléculaire de trois gènes du sang du Christ. » Son but avoué était de mettre en garde les autorités religieuses contre le Second Coming Project, initié par différents lobbies américains désireux d’obtenir à n’importe quel prix des prélèvements sanguins du Linceul. Comme le déclarait une secte de Berkeley : « Si nous ne prenons pas le taureau par les cornes, les chrétiens vont attendre le retour du Messie éternellement. La seconde venue du Christ deviendra réalité parce que nous allons le faire revenir. »

Didier van Cauwelaert part de l’idée que ce clonage du Christ à partir des traces de sang sur le Linceul de Turin a eu lieu et qu’il a vu le jour en 1994. Nous le retrouvons 32 ans plus tard (à l’âge fatidique !) en la personne de Jimmy Wood, réparateur de piscines vivant à New York, individu qui n’a absolument rien d’exceptionnel. Depuis la rupture avec son amour Emma, il est un peu perdu, et surtout très vulnérable.

Du jour au lendemain, sa vie bascule lorsqu’une équipe investie par le Président lui révèle sa véritable identité qu’il ignorait totalement jusque là. Mais il est d’accord pour qu’elle le prenne en charge, fasse son éducation religieuse et le relooke complètement pour en faire le sosie de Jésus…. Et il se rend compte qu’il est capable de faire des miracles !

Officiellement destiné à devenir le « diplomate œcuménique » des Etats Unis, il découvrira qu’il est l’enjeu d’intérêts économiques et privés, un « produit dérivé du Linceul » dépendant de fonds gouvernementaux, acheté à son créateur avec licence d’exploitation et pourcentages reversés sur ses futures déclarations publiques, guérisons, effigies etc. Jimmy se prend pourtant au jeu, il « épouse » la foi, il est convaincu de pouvoir aider les gens. Ainsi, lorsque la Maison Blanche le laisse tomber en raison du refus du pape de l’investir, il s’allie à un télévangéliste célèbre pour trouver son auditoire…

Même s’il y a quelques longueurs (les discussions scientifiques…), j’ai bien aimé ce roman qui égratigne fortement au passage quelques travers états-uniens. L’idée de départ est séduisante, et les débats eschatologiques rappellent quelques notions chrétiennes de base hélas tellement éculées qu’elles n’ont plus vraiment de sens pour nous ! Le personnage de Jimmy est crédible, et très touchant dans ses doutes, ses interrogations, sa volonté de bien faire, sa révolte…

(paru en 2004 chez Albin Michel et disponible en format poche chez LDP)